Comment le piano et la musique animent ma vie


Bienvenue sur mon blog, et merci pour votre visite !

Mazurka op 6 no 1

0 Commentaires

J’avais trouvé intéressant il y a quelques années, d’apprendre les 4 mazurkas du même opus 30. J’avais comme cela eu l’impression de jouer un cycle, mais aussi de suivre une progression du compositeur.Du coup nous reprenons le même objectif avec les 4 mazurkas de l’opus 6, en commençant notre travail par la Mazurka op 6 no 1.

Description de la Mazurka op 6 no 1

Cette mazurka est la 1ère de l’opus, ça on l’a compris, elle est aussi reprise comme étant la Mazurka n°1 de Chopin. Mais ce n’est pas la première mazurka composée par Chopin. Cette mazurka op 6 no 1 a été composée fin 1830, c’est en réalité la 5ème mazurka du compositeur.
La structure de cette mazurka est du type ABACA, c’est-à-dire un thème principal A (ou “refrain”) et deux autres thèmes B et C (deux “couplets”).
Le tempo est assez rapide (Allegretto sur mon édition) et le caractère gracieux (Allegretto grazioso).
Couverture de la 1ère éditions de la mazurka op 6 no 1

Couverture de la 1ère éditions des 4 Mazurkas de l’opus 6

Mon apprentissage de la Mazurka op 6 no 1

Le thème principal ne présente pas vraiment de difficultés ni de déchiffrage ni de mise en place, mise à part quelques contrechants MD comme MG. Bien que le tempo indiqué soit Allegretto grazioso, c’est-à-dire assez rapide, il n’ a pas trop de déplacements ni de notes courtes. Par contre le morceau comprend 3 dièses à la clé (tonalité en fa# mineur).
Le 2ème thème comprend quelques déplacements, mais est assez court. Contrairement au début de cette mazurka, cette partie se joue très fort (plusieurs accents ffz). Puis c’est le retour au 1er thème.
Enfin, le 3ème thème. Alors celui-là, c’est le plus difficile ! Les déplacements sont balaises aux deux mains. Et ces petites appogiatures devant chaque accord à la MD, un vrai cadeau ! Et pour accentuer encore la difficulté, ce passage se joue forte, et scherzando, c’est-à-dire d’un caractère léger… La réussite de l’exécution de ce morceau passe par la réussite de l’exécution de ces 16 mesures (en réalité 8 mesures répétées). Pour ma part, j’en suis rendu à apprendre ce passage par coeur. Mais ce n’est pas encore gagné.
Le morceau se termine avec le retour du 1er thème, mais la transition entre ces deux dernières parties est si soudaine qu’elle doit nécessairement être travaillée (on sort du 3ème thème rapide et fort, pour retrouver le doux charme du 1er thème).
Pour synthétiser cette mazurka op 6 no 1 est plutôt simple au déchiffrage et à la mise en place, à l’exception de la 3ème partie. Mais l’interprétation demande de toute façon un travail particulier. Comme l’écrit Guy Sacre, qui est un grand fan de ces mazurkas, “aisées en apparence, mais complexes dans le détail, petites par leurs dimensions, mais grandes par leur contenu, essentiellement slaves, mais vouées à l’universel, les mazurkas sont des oeuvres paradoxales”.

Deux interprétations de la mazurka op 6 no 1 :

Je vous propose deux interprétations de cette Mazurka. N’hésitez pas à nous faire savoir si vous aimez d’autres interprétations.
Voici d’abord l’interprétation d’Arthur Rubinstein, disponible sur Deezer ou Youtube :

Et celle d’un danois, Jens Jakob Kjær Hansen, dont l’interprétation est assez belle : rdv sur Youtube, .

Laisser un commentaire