Comment le piano et la musique animent ma vie


Bienvenue sur mon blog, et merci pour votre visite !

Sonate en ré mineur (K. 141)

0 Commentaires

J’ai découvert cette Sonate en ré mineur de Scarlatti lors d’un concert donné par Alexandre Tharaud à l’Auditorium de Lyon. Il y interprétait notamment le Concerto pour Piano en sol majeur de Maurice Ravel avec l’Orchestre Philharmonique de Taïwan. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous sommes allés à ce concert. Si l’interprétation du concerto de Ravel était sublime, j’ai été totalement conquis par le bis donné par Alexandre Tharaud. Il y a donc interprété cette sublime Sonate en ré mineur de Domenico Scarlatti.

L'album d'où est tiré la Sonate en ré mineur

L’album des sonates de Scarlatti par Alexandre Tharaud

Je n’avais jamais vraiment écouté Scarlatti, bien que je connaisse le compositeur. Bien que je ne connaisse pas l’œuvre, il ne m’a pas fallu longtemps pour deviner d’où venait ce sublime morceau. Une recherche rapide à l’entracte confirma que Alexandre Tharaud avait bel et bien enregistré quelques sonates de Scarlatti. Et le morceau qu’il venait de joué était bien la sonate en ré mineur !

Description de la Sonate en ré mineur

C’est une sonate assez rapide, un mouvement en Allegro, qui comprend deux parties, comme toutes les sonates. Ce n’est effectivement pas du tout la structure des sonates qui seront écrites par la suite, avec plusieurs mouvements, comme celles de Mozart ou Beethoven. Il n’y a ici qu’un seul mouvement en deux parties, qui est souvent assez court. Les différentes sonates que j’ai écouté durent moins de 5 minutes. D’ailleurs le titre original d’une première publication de ces sonates est Essercezi per gravicembalo, soit exercices pour le gravicembalo (une forme de clavecin de l’époque)… Bref tout ça pour dire que ce sont des morceaux courts et souvent techniques…

La Sonate en ré mineur est caractérisée par la répétition des notes à la main droite, souvent 6 notes répétées par mesure (c’est écrit en 3/8 pour ceux qui connaissent…). Elle est également connue sous le nom de “Toccata”. En plus des deux parties présentées ci-dessus, la Sonate en ré mineur alterne des passages que je trouve plutôt lumineux avec des passages plutôt sombres, mais toujours autant rythmés.

J’ai particulièrement apprécié ces alternances de caractère (ce que j’appelle lumineux et sombre) et ce rythme échevelé.

Mon apprentissage de la Sonate en ré mineur

Le déchiffrage brut de cette Sonate en ré mineur n’est pas vraiment compliqué. Il n’y a qu’un bémol à la clé, et une fois passée la série d’accords bizarroïdes de la première page à la main gauche, on retrouve une écriture assez sobre, caractéristique de l’époque baroque.

Par contre, la vraie difficulté réside évidemment dans la vitesse. Si chaque mesure dure une seconde, ce qui est un tempo plutôt moyen dans les interprétations que j’ai entendues, il faut caler six notes répétées par seconde. Il faut donc plusieurs semaines de travail pour arriver un résultat audible, et surtout sur la durée du morceau, et avec les répétitions ! Bonjour les crampes !

Là-dessus vous ajoutez quelques descentes d’arpèges qui sont toujours un plaisir dans la vitesse et surtout des croisements de mains : main droite par-dessus la main gauche, et main gauche par-dessus la main droite…

Et enfin, si vraiment vous en avez encore le courage, vous pouvez tenter d’ajouter quelques trilles sur certaines notes ! C’est parfois un vrai supplice !

Quelques interprétations de la Sonate en ré mineur

Mais tout ce travail en vaut la peine, écoutez-donc ces interprétations, et partagez vos préférées !

Celle qui m’a séduite dès la première écoute, par Alexandre Tharaud, disponible également sur Deezer :

Cette vidéo présente l’album complet, la Sonate en ré mineur est jouée à partir de la minute 5’53. La présentation est intéressante, je regrette juste le petit décalage son/image… mais peut-être cela vient de chez moi…

J’aime beaucoup Martha Argerich, mais je ne vous ferai pas écouter sa version de cette sonate. Elle est jouée beaucoup, beaucoup trop rapidement ! Certes c’est une prouesse, mais ça gâche tout de même le plaisir de l’écoute.

Une autre version rapide a été enregistré par Lucas Debargue. Même si c’est une interprétation rapide, Lucas Debargue laisse plusieurs respirations pendant le morceau qui permettent à l’auditeur de reprendre un peu son souffle… Donc la Sonate en ré mineur de Scarlatti, toujours disponible sur Deezer et sur Youtube :

Cette vidéo est extraite d’une émission télé. Et malheureusement l’interprète ne prend pas autant de respirations que la version de l’album… mais cela reste impressionnant.

Et pour finir, je découvre pour la rédaction de cet article un version tout à fait ahurissante de la sonate. Il s’agit d’une improvisation sur cette sonate en ré mineur jouée par Gabriela Montero, une pianiste vénézuélienne, sur Deezer. Je ne l’ai pas trouvée sur Youtube, mais vous y retrouverez plusieurs autres interprétations toutes aussi fantasques !

Laisser un commentaire